Archives mensuelles : avril 2012

Lambchop : ‘Mr M.’

Lambchop : ‘Mr. M.

Vu que l’on n’a pas encore remisé au placard ce vieux plaid de nos soirées d’hiver, le dernier Lambchop s’impose toujours comme l’accompagnement idéal de ces instants feutrés, et est définitivement leur album le plus abouti depuis leur sommet, le classieux ‘Is A Woman‘.

Lambchop : ‘2B2

Lambchop : ‘Nice Without Mercy

William Sheller : ‘Lux Aeterna’

William Sheller : ‘Lux Aeterna‘ (CBS, 1972)

Si vous appréciez les messes symphoniques pour gourous illuminés, penchez-vous plutôt sur l’étonnant ‘Lux Aeterna’ composé par William Sheller en 1970 à l’occasion du mariage d’un couple d’amis.

Autant dire que Sébastien Tellier a grandement dû s’inspirer de cet album au culte justifié pour nous servir sa bouillie bleue indigeste !

William Sheller : ‘Introit

William Sheller : ‘Sous Le Signe du Verseau

L’abus de mystique peut nuire gravement à la santé

Sébastien Tellier : ‘My God is Blue‘ (Record Makers, 2012)

Un pépito bleu, encore, ça allait, mais tout le paquet, alors là, c’est vraiment la nausée assurée !!!

Sébastien Tellier : ‘Pépito Bleu

Iceberg Slim : ‘Pimp’

Ouvrage particulièrement culte dans le milieu du Gansta-Rap, Pimp est le récit autobiographique de Robert Beck, jeune noir américain dans le courant des années 20, qui avait déjà très bien compris que si à vingt ans, tu n’as pas une Rolex au poignet, tu as déjà un peu râté ta vie.

Du coup, il s’est construit tout seul une carrière de maquereau en montant sa petite écurie, pour finir par devenir un des plus importants proxénètes de Chicago et ce, jusqu’à la fatale dégringolade, puis, la rédemption.

C’est cette trajectoire qu’il nous expose dans Pimp, ainsi que certains codes et règles du milieu, où règnent évidemment en maîtres la violence et la mysoginie.

Tout l’intérêt de cet ouvrage réside d’ailleurs exclusivement dans la description sans fioritures de cet univers, de ces relations sado-maso reliant les putes à leurs maquereaux, et de cette visite dans les bas-fonds de Chicago.

Par un contre, un certain manque de style, du moins dans sa traduction française, un manque de souffle, et de rythme également, malgré les standards de jazz de l’époque omniprésents, font de ce récit qu’il marque plus pour son témoignage que pour la plume par laquelle ces mémoires nous sont servies.

Iceberg Slim : ‘Pimp’

Edition originale : Editions de l’Olivier – Avril 1998 
Rééditions : 
Dernière édition poche : Seuil / Points Roman Noir – Novembre 2008 
Autres éditions : Editions de l’Olivier – Juin 2001 / 

‘Il pleut …’

Brigitte Fontaine : ‘Il Pleut‘ (sur l’album ‘Brigitte Fontaine est … folle !’, Saravah, 1968)

Neil Young : ‘Live at Massey Hall 1971’

Neil Young : ‘Live at Massey Hall 1971

Un de ses albums parfaits pour contempler du coin du feu la pluie tomber sur la campagne désolée, avec Oncle Neil qui vous sussure ses vieilles comptines dans l’intimité de votre salon.

Neil Young : ‘On My Way Home:/Tell me Why‘ live at Massey Hall 1971

Neil Young : ‘Old Man‘ live at Massey Hall 1971

Le Retour à La Terre

Manu Larcenet : ‘Le Retour à la Terre‘ (Dargaud)