On ira tous au Paradis

Marcel Carné : ‘Les Enfants du Paradis‘ (1945)

Aujourd’hui, ma moitié a réussi un formidable exploit ! : me traîner jusqu’à la Filmothèque du Quartier Latin pour me cogner un mime pendant plus de trois heures, et voir enfin ce ‘monument’ du cinéma français.

Ambiance vermeil au comptoir dans ce cinéma au charme d’antan, je redoutais tout de même de très rapidement flancher …

Que nenni ! je n’ai même pas fermé l’oeil (exploit !), ou alors juste le temps de quelques pantomimes justement, et j’ai surtout passé un merveilleux moment à jubiler sur les dialogues de Prévert et la gouaille de la fantastique Arletty.

A redécouvrir absolument dans cette très belle version restaurée.

– ‘Comment vous appelez vous ?

– Moi, je ne m’appelle jamais, je suis toujours là. J’ai pas besoin de m’appeler. Mais les autres m’appellent Garance, si ça peut vous intéresser.

– C’est pas un nom ça !

– C’est un nom de fleur. Mais mon vrai nom, mon nom de jeune fille, c’est Claire.

– Claire comment ?

– Claire comme le jour… Claire comme l’eau de roche’.

Et puis celle-ci :

– ‘Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour

Mais ça, c’est un MP !

Exposition Les Enfants du Paradis‘ à La Cinémathèque Française

du 24 octobre 2012 au 27 janvier 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s