Archives de Tag: Frederick Exley

Top 2011

Albums :

1/ Leyland Kirby : ‘Eager to tear apart the stars

2/ Baxter Dury : ‘Happy Soup

3/ Roll The Dice : ‘In Dust

4/ Zomby : ‘Dedication

5/ Kode 9 & The Spaceape: ‘Black Sun

6/ Sunny Dunes (Kira Perov) : ‘Blue Far

7/ Four Tet : ‘FabricLive.59

8/ Atlas Sound : ‘Parallax

9/ Shabazz Palaces : ‘Black Up

10/ Ghostpoet : ‘Peanut Butter Blues and Melancholy Jam

11/ Cliff Martinez : ‘Drive – original soundtrack

12/ Bill Callahan : ‘Apocalypse

13/ The Caretaker : ‘An Empty Bliss Beyond This World

14/ Pat Jordache : ‘Future Songs

15/ Alexandre Desplat : ‘The tree of life – original soundtrack

16/ Veronica Falls : ‘Veronica Falls

17/ Kate Bush : ‘50 words for snow

18/ Destroyer : ‘Kaputt

19/ Nicolas Jaar : ‘Space is only noise

20/ Peter Astor : ‘Songbox

21/ Death Grips : ‘Exmilitary

22/ Sonic Youth : ‘Simon Werner a disparu – original soundtrack

23/ James Blake : ‘James Blake

24/ L.V. & Joshua Idehen : ‘Routes

25/ The Feelies : ‘Here Before

Compilation(s):

Mickey Newbury : ‘An American Trilogy

Disco Inferno : ‘The 5 EPs

Film(s):

Nicolas Winding Refn : ‘Drive

Cécile Sciamma : ‘Tomboy

Livre(s):

Frederick Exley : ‘Le dernier stade de la soif

Publicités

Frederick Earl Exley : ‘Le dernier stade de la Soif’

Comme le dit l’auteur dans une lettre écrite à sa femme (qu’il n’enverra jamais) : ‘Mon coeur sera toujours du côté de l’ivrogne, du poète, du prophète, du criminel, du peintre, du fou, de tous ceux qui aspirent à s’isoler de la banalité du quotidien‘.

Enfin traduite et publiée en France pour la première fois depuis sa parution en 1968, cette autofiction nous permet de découvrir un de ses perdants magnifiques qui, à l’instar d’un Fante ou d’un Bukowski, excelle dans l’exercice de l’autoflagellation.

Un de ces hommes avec qui l’on aurait aimé se prendre une sérieuse cuite à refaire le monde sur le zinc d’un bistrot.

Les éditions Monsieur Toussaint Louverture mérite une ovation pour avoir enfin exhumé cette oeuvre culte de la littérature américaine, dans un écrin particulièrement  soigné.

Frederick Earl Exley : ‘Le Dernier stade de la soif‘ (éd. Monsieur Toussaint Louverture)

Préface de Nick Hornby

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Aronson & Jérôme Schmidt

448 p., 23,50 euros.