Archives de Tag: Manchester

The Best Thing (ever reissued)

Grow-Up : ‘The Best Thing + Without Wings‘ (LTM Recordings, 2015)

« Grow-Up’s LP is not only extremely commercial, it’s a record of mellow, sublime magic that extends the terse sound of the EP to a brilliant, luxurious level. Their sound is a sort of ingenious, sax-propelled chamber pop, of the Ayers/XTC English eccentric line, but it also holds the melancholy depth and sauce of Brechtian cabaret, the twists of Beefheart, the ambiguous tension of Lou Reed… Grow-Up have invented a whole new delirious pop world. They fracture tradition, push out and bend into spaces but keep it light, snappy and appealing. The Best Thing is not only Object’s greatest release, but a record that is up there with the obvious Mancunian biggies »

(Paul Morley, NME, 10/1979)

Monsters Party

Stockholm Monsters : ‘All at once (singles 1981-87)‘ (Captured Tracks CT-201, 2014)

 

See no Evil : The Moors Murderers

On continue notre petite thématique d’histoires sordides autour de disparitions d’enfants au Royaume-Uni, inaugurée ici dernièrement avec The Red Riding Trilogy, par ce téléfilm en deux parties relatant une des pages les plus sombres de l’histoire de Manchester, et du Royaume-Uni.

Cette histoire, on en a entendu parler la première fois à travers les paroles de Morrissey au détour de cette chanson, ‘Suffer little children‘, sur le premier album éponyme des  Smiths.

Il nous racontait là une histoire d’enfants disparus dans la plaine de Saddleworth Moor, Grand Manchester, entre 1963 et 1965, et de ce couple de monstres jugés coupables de la mort de cinq d’entre eux, que l’on surnomma de fait les ‘Moors Murderers, soit Ian Brady et Myra Hindley, le cauchemar incarné pour notre Moz et d’autres gosses de sa génération (‘Oh Manchester, so much to answer from …‘).

Histoire de mieux exorciser ses vieux démons, ce téléfilm fut diffusé originalement en 2006 sur ITV, soit quarante ans après les faits, bien que Ian Brady continue néanmoins toujours de hanter le pays.

1528592_10151953306288731_430735955_n

‘See no Evil’ nous raconte donc l’histoire de ce couple dont le cerveau malade, est interprété ici avec brio par le fantastique Sean Harris (déjà croisé dans la peau de Ian Curtis dans le ‘24 Hour Party People’ de Winterbottom).

La première partie qui focalise sur la personnalité du tueur et son influence sur son entourage est, par le jeu convaincant de cet acteur, particulièrement réussie.

La seconde partie est consacrée à la chute du couple puis sa condamnation, relatant scrupuleusement les faits de cette sombre histoire.

Le tout est un téléfilm qui se laisse particulièrement bien regarder.

Remerciements à Japanese Forms pour cette recommandation.

The Needle and the Damage Done

James Young : ‘Nico : Songs they never play on the radio

Au début des années 80, son quart d’heure de gloire désormais bien derrière elle, l’égérie Warholienne s’installe à Manchester, moins pour la qualité de la scène musicale de l’époque, que pour celle de l’héroïne débarquant d’Iran par wagons entiers.

Sous la houlette d’un agent foireux du coin, le Dr. Demetrius, elle tente alors en plein déclin de continuer tant bien que mal sa carrière musicale sous son propre nom. Celui-ci recrute une poignée de musiciens locaux pour assurer le backing-band et la faire tourner, dont James Young aux claviers.

Le portrait sans fioritures qu’il nous livre ici est l’on s’en doute très loin de l’image glamour des années Factory : le miroir est déjà brisé, la chute, on le sait, sera fatale.

Nicopost

Nicopost2

Nicopost3

***********************************************************************

Nicopost4

Nicopost5

 

Nico & The Invisible Girls : ‘Procession’ (1982) (produit par Martin Hannett)

The Smiths : ‘The Pablo Cuckoo Tapes’

Pablo Cuckoo

Mike Joyce a en personne signalé ce bootleg sur Twitter alors qu’il pensait être le seul à avoir encore une cassette de ces démos.

9 titres enregistrés en 1983 sur un magnéto dans les locaux de Joe Moss, premier manager du groupe, et qui figureront quelques mois plus tard sur le premier album éponyme des Smiths.

Une petite page de l’histoire en somme.

‘What’s on’ special Buzzcocks – Granada TV Show 1978

Voici le genre de trucs que l’on pouvait voir un 27 juillet 1978 sur une chaîne hertzienne britannique : un documentaire spécial Buzzcocks, présenté par Tony Wilson sur Granada TV.

Pendant ce temps, nous, on avait Numéro 1 de Maritie et Gilbert Carpentier sur TF1 …