Archives de Tag: The Durutti Column

Nocturnes

The Durutti Column : ‘Chronicle XL(Kooky Records, 2014)

Dépôt de bilan : 2012

Bah quoi ? c’est pas comme les cartes de voeux ?

On n’a pas tout le mois de janvier pour faire son bilan des réjouissances de l’année passée ?

Albums :

Paul Buchanan : ‘Mid Air

Neil Young & Crazy Horse : ‘Psychedelic Pill

Swans : ‘The Seer

36601_318243121615921_1974732669_n

Suaves Figures : ‘Nouveaux Gymnastes

Royal T. : ‘Rinse presents : Royal T.’

Moon Duo : ‘Circles

Silent Servant : ‘Negative Fascination

Gareth Dickson : ‘Quite a Way Away

Spiritualized : ‘Sweet Heart, Sweet Light

Neil Halstead : ‘Palindrome Hunches

Bill Fay : ‘Life is People

Chain and The Gang : ‘In Cool Blood

Actress : ‘R.I.P.

Scott Walker : ‘Bish Bosch

Crybaby : ‘Crybaby

Compilations, rééditions :

Robert Turman : ‘Flux

Can : ‘The Lost Tapes

Lee Hazlewood : ‘House Safe for Tigers

The Great Unwashed : ‘Collection

The Durutti Column : ‘Short Stories for Pauline

Donnie & Joe Emerson : ‘Dreamin’ Wild

V/A Strange Passion : ‘Explorations in Irish Post-Punk D.I.Y. and Electronic Music 1980-83

Half String : ‘Maps for Sleep

My Bloody Valentine : ‘EP’s 1988-91

Dominique A : ‘La Fossette/Un Disque sourd

Singles, EP’s …:

The Haxan Cloak : ‘…The Men Parted The Sea To Devour The Water

Pascal Bouaziz/Michel Cloup/Patrice Cartier : Ville Nouvelle/Nouvelle Ville

Livre :

Walker Evans : ‘American Photographs

Films :

William Friedkin : ‘Killer Joe

* Erratum : Jeff Nichols : ‘Take Shelter

Marcel Carné : ‘Les Enfants du Paradis‘, version restaurée

Expo :

WhatHappened

Chris Killip : ‘What Happened Great-Britain 1970-1990 ‘ @ Le BAL, Paris

Quelques Histoires Pour La Nuit

The Durutti Column : ‘Short Stories for Pauline’ (Factory Benelux, fbn36, 2012)

The Durutti Column : ‘Mirror B

The Durutti Column : ‘Telephone Call

The Durutti Column : ‘Journeys By Vespa

The Durutti Column : ‘At First Sight

The Durutti Column : ‘Bordeaux’

The Durutti Column : ‘Bordeaux‘ (L.P. ‘Another Setting‘, Factory Records, Fact 74, 1983)

Disco Inferno : ‘The 5 EPs’

Disco Inferno : ‘The 5 EPs’ (One Little Indian, 2011)

Un trio britannique du début des 90’s injustement ignoré, qu’il est urgent de (re)découvrir grâce à cette compilation regroupant l’intégralité de leurs E.P. sortis entre 1992 et 1995, année où ils splitteront après trois albums et une poignée de maxis.

Car si leur démarche artistique était certainement trop expérimentale à l’époque pour leur faire connaître le succès, elle mérite à posteriori d’être reconnue pour son incroyable modernité.

Ian Krause, Rob Whatley et Paul Willmott ont en effet cherché tout au long de cette courte carrière à dynamiter les frontières de la pop britannique, en intégrant notamment des samples à la traditionnelle structure guitare-basse-batterie, à une époque où cette fastidieuse technique d’enregistrement relevait encore de l’orfèvrerie.

Cette compilation nous offre ainsi un bel éventail des expérimentations issues de ce bouillonnant laboratoire. Des vignettes pop hybrides évoquant tout autant le post-punk de Joy Division, Wire (‘Summer’s Last Sound‘, ‘D.I. Go Pop‘) ou The Durutti Column (‘Second Language‘, ‘At the End of the Line‘), que la pop électronique de New Order (‘The Last Dance‘).

Une musique singulière bien en avance sur son temps, qui aura confidentiellement marqué nombre de futurs artisans : Hood tout d’abord, à qui l’on songe instantanément, et qui ne pourrait honnêtement renier cette influence, ou encore Bradford Cox (Atlas Sound), pour ne citer que les plus appréciés.

Disco Inferno : ‘The 5 EPs’

Disco Inferno : ‘The 5 EPs’ (One Little Indian, 2011)

Un trio britannique du début des 90’s injustement ignoré, qu’il est urgent de (re)découvrir grâce à cette compilation regroupant l’intégralité de leurs E.P. sortis entre 1992 et 1995, année où ils splitteront après trois albums et une poignée de maxis.

Car si leur démarche artistique était certainement trop expérimentale à l’époque pour leur faire connaître le succès, elle mérite à posteriori d’être reconnue pour son incroyable modernité.

Ian Krause, Rob Whatley et Paul Willmott ont en effet cherché tout au long de cette courte carrière à dynamiter les frontières de la pop britannique, en intégrant notamment des samples à la traditionnelle structure guitare-basse-batterie, à une époque où cette fastidieuse technique d’enregistrement relevait encore de l’orfèvrerie.

Cette compilation nous offre ainsi un bel éventail des expérimentations issues de ce bouillonnant laboratoire. Des vignettes pop hybrides évoquant tout autant le post-punk de Joy Division, Wire (‘Summer’s Last Sound‘, ‘D.I. Go Pop‘) ou The Durutti Column (‘Second Language‘, ‘At the End of the Line‘), que la pop électronique de New Order (‘The Last Dance‘).

Une musique singulière bien en avance sur son temps, qui aura confidentiellement marqué nombre de futurs artisans : Hood tout d’abord, à qui l’on songe instantanément, et qui ne pourrait honnêtement renier cette influence, ou encore Bradford Cox (Atlas Sound), pour ne citer que les plus appréciés.