Archives de Tag: My Bloody Valentine

My Bloody Valentine : ‘m b v’

My Bloody Valentine : ‘m b v‘ (2013)

Rétromaniaque, moi, affirmatif, et quoi d’autre ?

Parce que franchement, les haters, qu’attendiez-vous vraiment de cette arlésienne sortie avec plus de vingt ans de retard ?

Evidemment que Kevin Shields se fout royalement de notre gueule depuis des lustres, et à ce niveau là, ça mérite même des honneurs, mais fallait-il vraiment attendre ce troisième album pour s’en apercevoir ?

Et certes, leur son n’a désormais plus rien d’innovant, le magma sonore ne prend plus comme avant, et l’incroyable cohésion qui régnait tout au long de Loveless a fait place à neuf ‘chutes’ de studio maladroitement empilées.

Il n’en reste pas moins que malgré tous les défauts qu’on pourra leur trouver, certains de ces morceaux restent encore bien au-dessus de la moyenne, et que je préfère toujours ça à un nouvel album de M83.

Mais peut-être qu’au fond, en 2013, nous espérions tous secrètement plutôt une suite à Isn’t Anything finalement ? …

My Bloody Valentine : ‘only tomorrow

My Bloody Valentine : ‘who sees you

My Bloody Valentine : ‘new you

My Bloody Valentine : ‘wonder 2

Publicités

Dépôt de bilan : 2012

Bah quoi ? c’est pas comme les cartes de voeux ?

On n’a pas tout le mois de janvier pour faire son bilan des réjouissances de l’année passée ?

Albums :

Paul Buchanan : ‘Mid Air

Neil Young & Crazy Horse : ‘Psychedelic Pill

Swans : ‘The Seer

36601_318243121615921_1974732669_n

Suaves Figures : ‘Nouveaux Gymnastes

Royal T. : ‘Rinse presents : Royal T.’

Moon Duo : ‘Circles

Silent Servant : ‘Negative Fascination

Gareth Dickson : ‘Quite a Way Away

Spiritualized : ‘Sweet Heart, Sweet Light

Neil Halstead : ‘Palindrome Hunches

Bill Fay : ‘Life is People

Chain and The Gang : ‘In Cool Blood

Actress : ‘R.I.P.

Scott Walker : ‘Bish Bosch

Crybaby : ‘Crybaby

Compilations, rééditions :

Robert Turman : ‘Flux

Can : ‘The Lost Tapes

Lee Hazlewood : ‘House Safe for Tigers

The Great Unwashed : ‘Collection

The Durutti Column : ‘Short Stories for Pauline

Donnie & Joe Emerson : ‘Dreamin’ Wild

V/A Strange Passion : ‘Explorations in Irish Post-Punk D.I.Y. and Electronic Music 1980-83

Half String : ‘Maps for Sleep

My Bloody Valentine : ‘EP’s 1988-91

Dominique A : ‘La Fossette/Un Disque sourd

Singles, EP’s …:

The Haxan Cloak : ‘…The Men Parted The Sea To Devour The Water

Pascal Bouaziz/Michel Cloup/Patrice Cartier : Ville Nouvelle/Nouvelle Ville

Livre :

Walker Evans : ‘American Photographs

Films :

William Friedkin : ‘Killer Joe

* Erratum : Jeff Nichols : ‘Take Shelter

Marcel Carné : ‘Les Enfants du Paradis‘, version restaurée

Expo :

WhatHappened

Chris Killip : ‘What Happened Great-Britain 1970-1990 ‘ @ Le BAL, Paris

My Bloody Valentine : ‘Isn’t Anything’ / ‘Loveless’ / ‘E.P.’s 1988-1991’

My Bloody Valentine : ‘Isn’t Anything‘ (Sony Music, 2012)

My Bloody Valentine : ‘Loveless‘ (Sony Music, 2012)

My Bloody Valentine : ‘E.P.’s 1988-1991‘ (Sony Music, 2012)

Ne boudons pas notre plaisir, ces trois rééditions sont une bonne excuse (comme s’il en fallait une !) pour se replonger dans la discographie sans faille de ce qui restera la figure de proue de nos années Shoegaze.

Mention spéciale pour cette compilation regroupant les quatre E.P. sortis entre 1988 et 1991, dont certaines faces B restent parmi leurs meilleures compositions, ainsi que ces trois morceaux inédits :

My Bloody Valentine : ‘Good For You

My Bloody Valentine : ‘Angel

My Bloody Valentine : ‘How Do You Do It

Prions désormais le ciel pour que la suite tant attendue de ‘Loveless‘ ne voit finalement  jamais le jour !

My Bloody Valentine : ‘Thorn

‘Misty morning, in the springtime …’

My Bloody Valentine : ‘Strawberry Wine‘ (LAZY07T, 1987)

Misty morning in the springtime
Close your eyes, crystal eyes
On the darkside let the light shine
Please, please stay with me tonight
These lips will find strawberry wine

I was looking at your window
Lurking there beneath my feet
Cherry apples, long grass meadows
(Searching) I, for dreams in sleep
These lips will find strawberry wine

Misty morning in the springtime
Lurking there beneath your feet
On the darkside let the light shine
Think of me, don’t let me keep
These lips will find strawberry wine

Spiritualized – Hackney Empire, London – 19/03/2012

Spiritualized – Hackney Empire, London – 19/03/2012

Lieu parfait, vrai petit théatre, salle en demi cercle avec ses balcons, le sol de la fosse est incliné de manière à avoir une vue totale de la scène peu importe où l’on se situe. Intimiste.
Le rideau se lève, les musiciens sont déjà là, un guitariste, un clavier, un bassiste, un drummer et deux choristes tout de blanc vétues. Et Jason, Telecaster et ampli Marshall.
Le concert commence sans attendre une seconde de plus.
« Hey Jane« , prochain single, permet à nos oreilles de s’adapter au volume assez impressionnant. 4 minutes…premier « sound of noise » accompagné de strobo bleu. Et là on se dit qu’on va s’en prendre plein la gueule. Visuels sur l’écran de voitures qui roulent, très saccadés.
« Lord let it rain on me« , issu du nouvel album, enchaîne, relativement calme.
Pas de projection mais un tournoiement de couleurs qui apaise.
Le troisième morceau toujours tiré du nouvel album, me fait penser à une prière dont seul Jason sait les composer. Très beau. lumière blanche/orange du meilleur effet.
« She kissed me (and it felt like a hit)« , nous rappelle, une fois de plus, que le Rock’n’Roll n’est pas mort.
Et là, l’extasie, l’espoir tant attendu depuis tellement d’années : « Lay back in the sun (good dope, good fun)« . Lumières blanches incisives sur fond de fractales en noir et blanc. Le morceau est sublime, bien sûr, la chair de poule m’accompagne tout du long.
Histoire de me dire que je suis le plus heureux des hommes ce soir, un mélange de « Shine a light » et « Electric mainline » nous fait grimper à un niveau supérieur. De la défonce légale, les strobo blancs sont de sortie. Les deux guitares se répondent dans cette ode à Steve Reich, qui me fait dire que Spiritualized peut être aussi puissant en petit combo, qu’avec 50 musiciens sur scène.
S’en suit un nouveau track très agréable, petit rock à la ritournelle très entêtante.
Un morceau de l’album « Cheapster » suivi d’un morceau de « A&E« , dont je ne me souviens plus les noms, me laissent légèrement sur ma faim, voire indifférent. Ceci dit, je ne suis pas réellement fan de ces deux morceaux. Logique, donc.
Un nouveau Rock façon Spacemen, toujours tiré du prochain chef d’oeuvre, me laisse tout bonnement sur le cul. Mélodie imparable, solo de guitare mémorable, wah-wah quand tu nous tiens !

Puis la Nouvelle Grande Prière que l’on attendait depuis de lustres. Je pense à mon grand-père, à ma grand-mère et me dit qu’il doit être bon de vivre là-haut, s’il y a.
Petit interlude, Jason applaudissant les spectateurs, comme à son accoutumé.
Rappel.
Les paris sont fait : « Come together » ? « Electricity » ? « Cop shoot cop » ?
Putain, là je me dis que je suis un vrai fan débile.
« Electricity » d’anthologie. J’ai toujours préféré un ampli qu’une accoustique de toute façon.
« Cop Shoot Cop » clôture la Messe. 12 minutes de pure folie, son break qui me fait tant me souvenir du My Bloody des années passées. Imparable. Incroyable.
Le rideau se baisse, l’audience flotte dans l’espace.
Mr Pierce a composé un jour un morceau s’appelant « No God Only Religion« .
Ce soir, ce titre prenait tout son sens.

Juju, correspondant Londonien pour The Teenage Kicks Preservation Society, et frère de sang.

Un GRAND merci à lui.